Jouer la Connexion en Tandems

Si tu es un.e jeune lycéen et tu es fort.e en langue luxembourgeoise ou française ou tu es bon.ne en mathématiques ou dans une autre matière scolaire, ne manque pas l'occasion d'aider un.e jeune réfugié.e de ton âge qui vient d'arriver au Luxembourg...

Si tu es un.e jeune réfugié.e et tu as beaucoup à apprendre sur la culture de ton pays (cuisine, musique, danse, etc.) aux jeunes Luxembourgeois...

Rejoint l'un de nos groupes !

Les samedis de 14h30 à 16h30 à Luxembourg-ville, au bureau du Cercle des ONGD au 1-7, rue St Ulric
Inscris-toi ici : https://forms.gle/4e913yQ6K1dkR7L2A


Les mardis de 16h à 18h à Diekirch, à la Maison des jeunes au 13 Av. de la Gare
Inscris-toi ici : https://forms.gle/9bSbQpzqV2oaAJuE9

Contacte-nous !

Email : simona.palladino@cns-asbl.org Gestionnaire de projet

             josiane.hoffmann@cns-asbl.org Responsable relations avec les écoles

Instagram : jouerlaconnexion

Partenaires :

Foyers pour Mineurs Non Accompagnés (MNA) du pays

Foyers pour jeunes adultes et familles

Différentes écoles secondaires du pays

Durée :

Septembre 2021-Septembre 2022

Nombre de bénéficiaires directs visés

50 par an

Jeunes réfugiés et jeunes étudiants

Nombre de bénéficiaires indirect visés

150 par an

Camarades de foyer, camarades de classe, familles, enseignants et éducateurs des jeunes impliqués dans le projet

 

Description du projet

Grâce à la mise en place de tandems réguliers d'échanges entre jeunes (réfugiés et résidents) et d'ateliers créatifs, 50 jeunes chaque année dans au moins deux régions du pays améliorent le processus d'intégration et en deviennent des protagonistes. 10% des jeunes deviennent des multiplicateurs d'intégration.

Le projet JLCT implique des jeunes demandeurs et bénéficiaires de protection internationale qui sont scolarisés ou qui tentent de reprendre leurs études après leur arrivée au Luxembourg.

 

Évaluation des besoins

Les MNA sont de très jeunes garçons et filles, certains presque des enfants, qui vivent dans une grande incertitude et solitude. Loin de leurs familles, certains d'entre eux vivent en attendant que leur demande d'asile soit évaluée.

Ils ont besoin d'être aidés à comprendre la nouvelle réalité dans laquelle ils se trouvent. Beaucoup d'entre eux viennent de pays en guerre ou de dictatures. D'autres sont passés par des centres de détention libyens où ils ont été témoins (sinon victimes) de tortures et de viols. Ils ont tous le désir de commencer une nouvelle vie pour laquelle ils ont besoin de soutien pour mieux s'intégrer dans la société d'accueil.

En plus de cette situation de base, la pandémie et le long confinement avec son lot de solitude ont encore accentué les problèmes d'intégration des mineurs non accompagnés.

 

Nous sommes souvent dans les écoles secondaires du Luxembourg et chaque fois que nous rencontrons une classe pour présenter nos ateliers sur les droits humains, comme le droit d'asile, des jeunes nous demandent "Que puis-je faire ?", "Comment puis-je m'engager ?".

Avec notre projet, nous voulons les mettre en contact avec la vie réelle et leur offrir une opportunité exceptionnelle de développement personnel en rencontrant leurs pairs réfugiés avec lesquels ils peuvent avoir un échange égal : les étudiants offrent un soutien linguistique et scolaire, les réfugiés offrent leurs talents et leur culture. Le désir d'une rencontre réelle et durable est fort, tant de la part des réfugiés que des jeunes résidents et l’énergie dont ils disposent est grande.

 

L'intégration est un processus dynamique qui nécessite des mouvements et des changements des deux côtés. Il nous a semblé naturel d'utiliser l'image des tandems qui nécessitent l'engagement harmonieux de deux personnes pour se déplacer.

 

Résultats attendus :

 

  1. 30 jeunes par an (MNA, jeunes réfugiés et étudiants) auront participé de manière régulière à des tandems d'échanges linguistiques, culturels et d’appui scolaire.

  2. 50 jeunes par an (MNA, jeunes réfugiés et étudiants) partagent des expériences d'apprentissage et de développement personnel à travers des ateliers sportifs, artistiques et culturels.

  3. 5 jeunes par an deviendront des multiplicateurs de l'importance de l'intégration en créant de courtes vidéos qu'ils partageront avec leur entourage.

avec le soutien de l’Œuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte

logo_oeuvre_action_jeunes.png

L'équipe du projet :

Simona Palladino (Chef de projet), Sylvie Grein (Responsable de la formation des élèves), Josiane Hoffmann (Responsable des relations avec les écoles), Elisabetta Lano (Responsable des activités pédagogiques), Tiziana Tamborrini (Responsable du suivi et de l'évaluation du projet)